« Indemnité inflation »

https://www.dossierfamilial.com/argent/consommation/pouvoir-dachat-qui-pourra-toucher-lindemnite-inflation-de-100-euros-897595

Prime de 100 €uros Bénéficiaires

Pour lutter contre la hausse des carburants : bénéficiaires, montants, versement:

Une prime exceptionnelle gouvernementale de 100 euros, baptisée « indemnité inflation » va faire l’objet d’un versement dès le mois de décembre 2021 à 38 millions de Français, a annoncé le premier ministre Jean Castex.

Le versement d’une aide financière baptisée « indemnité inflation » a été annoncée par le premier ministre Jean Castex, le 21 octobre 2021 sur TF1, afin de répondre aux inquiétudes des ménages dont le budget est mis à mal par la hausse des prix de l’énergie – gaz, électricité, carburant… – et des aliments.

Qui va toucher ce coup de pouce gouvernemental ? « La seule condition est une condition de ressources », a insisté Jean Castex dans le journal de 20 heures du 21 octobre 2021. Le nouveau dispositif vise avant tout les classes moyennes, dans la mesure où il s’adresse aux Français qui gagnent moins de 2.000 euros nets par mois, avant application du prélèvement à la source, et ce, indépendamment de leur statut et de leur profession. Les personnes dont le salaire net à payer avant impôt sur le revenu est supérieur à 2.000 euros n’auront donc pas droit à cette indemnité. Les 2.000 euros nets qui servent à déterminer l’éligibilité ne correspondent pas aux revenus par foyer, mais bien par personne.

Indemnité inflation 100 Euros

Au total, ce sont 38 millions de personnes répondant aux critères de ressources qui devraient bénéficier de cette « indemnité inflation », selon Jean Castex. Lors de son intervention, ce dernier a indiqué que les bénéficiaires de cette prime sont :

les salariés du secteur privé
les employés du secteur public
les travailleur indépendants
les retraités
les chômeurs en recherche active d’un emploi
les agriculteurs
Le 22 octobre 2021 sur France 2, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a indiqué que les « deux tiers des étudiants français » âgés de plus de 18 ans sont également éligibles à cette prime, soit environ 1,7 million de personnes. Il a précisé qu’il s’agissait des « étudiants boursiers et autonomes fiscalement de leurs parents ». De son côté, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a dit sur Franceinfo que les apprentis seraient également concernés, dès lors qu’ils sont salariés.

À NOTER : le dispositif « indemnité classe moyenne » est beaucoup plus large que prévu, dans la mesure où il ne cible pas uniquement les automobilistes, et qu’il n’est pas non plus réservé aux seuls actifs.

Quel est le montant de la prime « indemnité inflation » ?
Le montant de l’« indemnité inflation », promise par l’exécutif aux quelque 38 millions de Français qui respecteront les conditions de ressources, s’élève à 100 euros.

Comment le montant de la prime a-t-il été calculé ?

Jean Castex a expliqué sur TF1 que le plafond retenu correspondait au salaire hexagonal médian (1,6 Smic). Pour Matignon, la part qui a été prévue pour compenser les dépenses d’un salarié qui utilise souvent sa voiture a été évaluée à 80 euros. Les 20 euros complémentaires pour arriver au total de 100 euros visent à compenser les « autres effets inflationnistes », notamment ceux qui pèsent sur la facture alimentaire.

Le montant de l’aide de 100 euros est fixe, quel que soit la composition du foyer fiscal (que le bénéficiaire ait ou non des enfants). Chaque bénéficiaire ne peut toucher ni plus, ni moins que 100 euros.

Par ailleurs, l’indemnité sera individuelle et non par foyer. Concrètement, si un couple gagne moins de 2.000 euros net (imposable) par personne, la prime sera versée aux deux. « Ce seuil de 2.000 euros qui a été décidé, par personne et non à l’échelle du foyer fiscal, il permet de couvrir plus de la moitié des personnes qui travaillent et 70% des retraités », a détaillé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, le 22 octobre 2021 sur France 2.

IMPORTANT : la prime bénéficiera aussi aux personnes en situation de précarité, bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) ou de l’Allocation adulte handicapé (AAH).

« Cette aide exceptionnelle représente une dépense pour le budget de l’État de 3,8 milliards d’euros, qui sera étalée sur deux années (2021 et 2022) », précise le gouvernement.

Print Friendly, PDF & Email