Je m’oppose à la fermeture programmée du centre de santé de l’APARM de Montluçon.

Communiqué de Presse de Laurence VANCEUNEBROCK, Députée de la 2eme Circonscription de l’Allier opposée à la fermeture du centre de santé de l’APARM de Montluçon.

C’est avec amertume teintée d’une certaine colère, que j’apprends ce matin la fermeture programmée du centre de santé de l’APARM situé à Bien Assis sur la commune de Montluçon, cela malgré mon intervention auprès d’Olivier Véran, ministre de la Santé. Ne pouvant accepter cette décision, qui prive de soins essentiels, une partie de nos concitoyens déjà durement affectés dans leur parcours personnel, je m’oppose à la fermeture de l’APARM de Montluçon et je vais dès cette semaine interpeller à l’Assemblée Nationale, le Premier Ministre Jean CASTEX, afin que ce dossier soit ré-ouvert et cette décision réexaminée. Je ne manquerai pas de vous informer de la suite que prendra mon intervention”

Courrier Jean Castex APARM2
Courrier Jean Castex APARM2
L'association APARM Montluçon recrute des médecins généralistes salariés
Offre d’emplois de médecins généralistes salariés de l’APARM

SANTE (centre de santé de l’APARM)

L’Aparm a annoncé à ses adhérents qu’il fermerait ses portes le 30 juin, faute de médecins.

Une démission

Le médecin à temps plein, qui effectuait 44 heures par semaine était en arrêt maladie et a fait savoir qu’il démissionnait. Depuis plusieurs semaines, le centre de santé de l’APARM espérait pouvoir recruter trois médecins étrangers. L’objectif était qu’ils remplacent les deux médecins retraités et travaillent aux côtés de leurs confrères à temps plein et à mi-temps.

Or leur validation est toujours en cours auprès de l’Agence régionale de santé (ARS) et ne devrait pas intervenir avant la fin de l’année. « Nous avons appris récemment qu’il fallait attendre six mois, ce qui nous emmène à fin décembre. Le centre de santé de l’APARM n’a pas les moyens, en terme de trésorerie, d’attendre un tel délai. S’il n’y a pas de dérogation par la part de l’ARS pour que leur validation soit effective plus tôt, nous ne pouvons pas continuer », insiste le président de l’APARM.


Face à ce manque de perspective, le médecin à temps partiel a fait le choix de démissionner à son tour. Il partira le 30 juin. Sans médecin, le centre de santé de Bien- Assis fermera donc ses portes à cette date. Pas de réponse du ministre de la Santé Gérard Gardrat souligne que l’Aparm a exposé ses difficultés auprès de nombreux élus pour qu’ils intercèdent en faveur de l’association auprès de l’ARS.


La lettre que l’association avait envoyée au ministre de la Santé, par l’intermédiaire de la députée de Montluçon Laurence Vanceunebrock, le 23 avril, est restée sans réponse.


« On est rendu au bout de ce que l’on pouvait faire. Si on avait la certitude d’avoir des médecins fin août ou début septembre, on essaierait de tenir et d’attendre. Mais là nous n’avons aucune certitude. C’est malheureux, car on s’est battu trois ans pour ouvrir ce centre. » Et avec la fermeture du centre de santé de Bien- Assis, Gérard Gardrat estime « qu’il y aura quelque 10.000 personnes sans médecin traitant à Montluçon et ses environs fin juin. »