MES VIDEOS YOUTUBE

https://laurencevanceunebrock.fr/wp-admin/post.php?post=37&action=edit

https://www.assemblee-nationale.fr/

Laurence Vanceunebrock est la deuxième députée ouvertement lesbienne à siéger à l’Assemblée nationale2.

Activité législative

Laurence Vanceunebrock à son bureau.
Depuis 2017, elle travaille sur une proposition de loi visant à interdire les « thérapies de conversion »6,7. En octobre 2020, elle exprime sa crainte que son texte soit dénaturé par la ministre Marlène Schiappa qui annonce son intention d’inscrire cette interdiction dans le projet de loi confortant les principes républicains6. En avril 2021, elle reçoit le soutien des artistes Eddy de Pettro et Hoshi.8 Ces derniers demandent à Christophe Castaner que la proposition de loi de la députée soit mise à l’ordre du jour de l’Assemblée Nationale.9

Durant la pandémie de Covid-19, elle mène un collectif de 12 parlementaires issus de la majorité qui demande que l’enveloppe consacrée aux « parcours de sortie de la prostitution », instaurée par la loi d’avril 2016, soit utilisée pour subvenir à l’urgence humanitaire des travailleuses du sexe10.

Positionnement au sein du groupe LREM
Le 24 avril 2019, elle menace pour la première fois de quitter son groupe La République en marche si aucune mesure d’exclusion n’est prise à l’encontre de sa collègue de l’Oise, Agnès Thill. Elle accuse cette dernière de tenir des propos discriminants envers les personnes LGBT11.

Le 22 novembre 2020, elle annonce sur Twitter qu’elle ne se reconnaît plus dans le mouvement d’Emmanuel Macron12. Cependant, elle se félicite de la décision de la majorité d’une « réécriture totale » de l’article 24 de la proposition de loi relative à la sécurité globale, et se dit « prête à poursuivre le travail engagé autour de l’aménagement de l’article 24 de cette loi, en toute responsabilité et en toute loyauté, en continuant de défendre les valeurs qui nous sont chères »13.